OCR Output

S12E0SENOTSAPSEUTSDO EID $ MOLN MORRA

Curt Wallis: L'anatomie pathologique de VFinfluenza.

(Resume.

L'auteur rend succinetement compte des résultats des
autopsies, au nombre de 57, principalement de malades de
Phöpital de Sabbatsberg, morts de YVinfluenza ou de ses
maladies consécutives. Les altérations incomparablement
les plus communes produites par cette épidémie se trou¬
raient dans Y'organe de la respiration. La bronchite capil¬
laire était pour ainsi dire constante. Elle g'étendait sur
toutes les parties des deux poumons, et les bronches con¬
tenaient une sécrétion, souvent abondante, d'un gris jaune,
cpaisse, et parfois légerement gluante. La bronchite capillaire
ne constituait que dans de tres rares exceptions la seule
altération anatomique chez les personnes qui avaient été
saines auparavant. On observait, par contre, chez les phthy¬
siques une bronchite capillaire provoquée par Vinfluenza, et
ayant frequemment suffi å abréger la vie du malade.

Les complications les plus communes de la bronchite
capillaire ont été des broncho-pneumonies ou des pneumonies
lobulaires. A V'höpital de Sabbatsberg, pendant la période
régnante de V'influenza, les pneumonies eroupeuses furent tres
rares; deux cas seulement passtrent å V'autopsie. $Les pneu¬
monies lobulaires furent par contre excessivement fréquen¬
tes, et durent souvent öétre considérées comme VPFaltération
anatomique la plus essentielle qui amena la mort. Elles
avaient leur sicge dans les diverses parties des poumons,
mais principalement dans les régions postérieures; elles se
composaient rarement d'un foyer unique, dans la rögle de
plusieurs, frequemment d'une quantité de petits foyers. BElles
ne passaient jamais å des pneumonies lobaires, mais pou¬
vaient occuper parfois la majeure partie d'un poumon. Si
multanément avec la broncho-pneumonie et les bronchites
capillaires, se présentaient, dans la presque totalité des cas,
des atélectasies et des transitions de V'atélectasie å la broncho¬
pneumonie. Le parenchyme pulmonaire de ces foyers de
broncho-pneumonie était vide d'air, et les parties infiltrées